Le choix du prénom

Il fallait trouver un nom pour notre nouveau né. Notre avocat, catacombiste à temps perdu nous pousse à choisir un nom différent de notre produit commercial afin de pouvoir nous donner un maximum d’amplitude dans la création d’autres services sous-jacents. Entre deux anecdotes croustillantes extraites de ses explorations des bas-fonds parisiens, l’homme de loi nous conseille pas trop mal, nous assiste dans la rédaction des statuts et nous aide à valoriser la version alpha de notre projet au capital. Répartition des parts à 51%/49% pour éviter les potentiels conflits ultérieur entre associé, avec un apport d’environ 3.5K€ chacun histoire de couvrir les frais de constitution et nous voilà parti pour le meilleur et pour le pire.

Ça s’est décidé au Macdo juste en bas de chez nous : ce sera “Krash Studio”. Jacinthe aimait bien l’expression “Crache le morceau” et avait nommé son Portfolio de cette façon. Tu noteras l’orthographe particulière, emprunt de caractère et sublimée d’un contexte de crise que nul ne peut ignorer. C’est une sorte d’hymne à la franchise, le bullshit nous dégoute. Nous avons finalement opté pour une version édulcorée, le repas étant déjà suffisament lourd à digérer. Et puis vous imaginez un client taper ce nom sur Societe.com ? Bien plus tard, Patrick Robin, CEO de 24h00.fr nous confiera le sourire aux lèvres : “C’est un peu culotté de choisir un tel nom”. C’est vrai mais il faut être un peu taré sur les bords pour se pendre en France, entreprendre pardon.